Lo blog de Faidit

20 octobre 2010

Ò mon País 2

Après un long silenci, aqueste messatge novèl per far escotar una autra interpretacion de "Ò mon País". Es una version de tres votz, cantada per femnas. L'ai trobada sus lo sit de Canta se gausas. Per ieu, es interpretat remirablament. An d'aitant mai de meriti que segon lo principi de "Canta se gausas" los triòs de la serada son tirats al sòrt juste abans l'espectacle : los cantaires se coneissen pas forçadament e an pauc de temps per causir una cançon e la repetir. Òsca donc a las cantairas !

Posté par faidit à 23:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


09 juillet 2009

Ò mon País

Aquesta vegada es una canta bearnesa pro esmoventa, un dialòg entre una pastora demorada fidèla al país e gojats que son partits a la vila.

- Ò mon país que t'an tots quitat,
Qu'an preferat la vila
Aqueths garçons tant envejós.
- Qu'avem trobat richessa,
Ça-i donc tanben princessa.

- Nani mossur, qu'aurèi gran degrèu
De deishar mas aulhetas,
Tant que viurèi, las guardarèi.
- De montanhar enqüèra
No's hè pas mei bergèra.

- Que harèi jo shens mon cujalar
Tot cobrit de verdura ?
Si'm cau partir, lèu vòi morir !
- Tant pis per tu la bèla
Demora t'i fidèla.

paraulas : G. Sanchette / musica : J-C. Coudouy

interpretacion : Lambrusquera, Los de Broussez, Balaguèra

Tornar trobar la canta sul CD "Cantem ! Òc !" editat per la manifestacion del 24 d'octobre de 2009 a Carcassona.

Posté par faidit à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mai 2009

Big Beñat

Una cançon de Fermin Muguruza que m'agrada fòrça. Era per sostenir la korrika de 2001. Gora Euskal Herria !

Posté par faidit à 14:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2009

Coma un enfant

Coma un enfant, urosa e lèsta,
Dançava en cantant ; de sa tèsta,
Qu’aviáu coronada de flors,
Sei peus prefumats, sei peus negres,
A l’azard volavan alegres,
E mon còr èra gonfle, èra gonfle d’amor.

Ansin, sus lo pontin de maubre,
Èra a dançar la bela enfant,
E s’entendiá de brut que lo pieu-pieu que fan
Leis aucèus qu’a la nuech se cochan dins leis aubres :

Tot cerca lo repaus, alòr, e tot s’escond.
Au fons dau laberinte e dins l’andana sombra,
Emé leis auras dau tremont,
Lo solèu, roge e fièr, davalava dins l’ombra.

Enterin, començèt la polida cançon
Dei grilhets, dins l’erba e la mossa,
E la luna, montant, tranquilla, aperamont.
Espandiguèt sa clartat doça.

Trefolida, l’enfant non podiá s’alassar
De cantar, de sautar, de rire e de dançar.
Totjorn dançava, fòla e lèsta :
Subran, dintre lei plecs de sa rauba de fèsta
Son prim peton s’es embarrat ;
Trantalha e gita un crit : - Ma maire !
E coma vai tombar, pecaire !
Ieu corre… e tomba dins mei braç.

Que sa tèsta èra bela, aquí, sus mon espatla,
Dins sei longs peus negada e penjant tota palla…
- Vos siatz pas facha mau ? – De sei bèus uelhs, alòr,
Me regarda. Ma man sentiá batre son còr ;
Ò ! coma èra esmoguda ! ò ! coma èra candida !
E ieu que per sa vida auriáu donat ma vida,
Ara que la teniáu tota en plen dins mei braç,
A ! n’auriáu pas vòugut que se tombèsse pas !

Teodòr Aubanèu, « Coma un enfant », La Miugrana entreduberta, 1860

Posté par faidit à 11:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 février 2009

Sois sage, ô ma douleur...

Sois sage, ô ma Douleur, et tiens-toi plus tranquille.
Tu réclamais le Soir ; il descend ; le voici :
Une atmosphère obscure enveloppe la ville,
Aux uns portant la paix, aux autres le souci.

Pendant que des mortels la multitude vile,
Sous le fouet du Plaisir, ce bourreau sans merci,
Va cueillir des remords dans la fête servile,
Ma Douleur, donne-moi la main ; viens par ici,

Loin d'eux. Vois se pencher les défuntes Années,
Sur les balcons du ciel, en robes surannées ;
Surgir du fond des eaux le Regret souriant ;

Le Soleil moribond s'endormir sous une arche,
Et, comme un long linceul traînant à l'Orient,
Entends, ma chère, entends la douce Nuit qui marche.

Charles Baudelaire, "Recueillement", Les Fleurs du mal, 1857

Posté par faidit à 16:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


11 septembre 2008

Jòc !

Un jòc video flash a la mòda vielha trobat sus http://www.jocsdoc.com/

Canyon Shooter

Posté par faidit à 00:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 août 2008

Lo Flume grand

Un polit conte metaforic de Max Roqueta. Mai en la realitat soi pas segur que totes ajan comprés que tenián en partatge la meteissa aiga...

Un còp èra un flume grand tan larg que l’image del cèl s’i perdiá dins lo cèl. Veniá de luònh. Cent païses i vojavan son aiga. Mil riussets fasián cent rius e los cent rius mesclavan sas aigas dins lo flume.
Un jorn, un òme de las bocas del flume remontèt de long de la riba, e, de riu en riusset, venguèt dins una comba montanhòla ont d’òmes vivián sens saber çò que se passava defòra. E, quand lor parlèt del flume grand, li riguèron al nas : « Nòstre riusset es d’aiganèu e bombís dins sas pèiras, e los manits de tres ans l’encamban tot lo jorn. Nòstre riusset es un riusset e nos fasètz ben rire amb vòstre flume grand. »
Dins una autra comba, com lor disiá que las aigas de las doas combas se mesclavan per faire un riu manquèron de l’amalugar. « De qué, li faguèron, nos venètz assajar de contar que nòstra aiga que giscla cantanta d’una bauma sacrada ont an parlat los dieus, pòsca èstre quicòm de parièr coma l’aiga de la comba nevosa ? » E l’emmandèron a còps de pèiras.
Dins un autre canton de la montanha foguèt quicòm mai : « Un flume, disètz ? E de qu’es donc aquò que vos crèba los uòlhs ? Se i a un flume grand jo lo cèl es ben aquel ont tot lo cèl se mira. » ― « E los autres rius ? » ― « Nos parletz pas de vòstra fanga ! »
Pasmens, d’aicí d’alai, un òme lo seguissiá coma tornava davalar cap a las bocas del flume grand. E coma venián a un ponch ont tres riussets se mesclavan  per faire un riu, los quatre òmes s’agenolhèron esbleugits de la grandor, adejà, del miralh caminant que grèu, e lent e poderós, passava entre vilas e camps.
Es aital que d’òmes venguts dels quatre vents s’acampèron un jorn sus la riba del flume grand. Lo cèl de l’aiga se maridava a l’orizont al cèl de l’èr. Cent vilas ufanosas e clinadas sus l’aiga s’i miralhavan coma tant de nòvias, e los cants dels marinièrs s’enauçavan dins la lutz entre estaminas. L’òme de la comba nevosa, sa man dins l’aiga se gelava a retrapar la frescor verge de la nèu. E l’òme de las espelugas s’esmeravelhava de las ombras dins l’aiga fonsa. E lo de la plana i vesiá ondejar e fernir de pibolas. Las caras totas que de riusset en riu s’èran clinadas sus las aigas avián fach del flume grand aquel miralh qu’ofrissiá, la nuòch, al pòble de las ensenhas, lo còr silenciós de tot un pòble d’òmes.

                  « Lo Flume grand », Verd Paradís I, Max Roqueta, 1961

Posté par faidit à 13:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juillet 2008

L'escòla e las inegalitats socialas e linguisticas

Aquí un testimoniatge que va en lo sens de l'analisi de Bourdieu sus las inegalitats socialas a l'escòla. Nos interessa d'aitant mai que ven d'un occitanofòn que deu una bona part del sieu percors a un regent qu'aplicava lo metòd Freinet.


1. Septembre 1964-Septembre 2004 : je peux témoigner de ce que l’essai de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron (« Les Héritiers, les étudiants et la culture ») est toujours exact.

Paris, septembre 1964 : au moment où Pierre Bourdieu rédigeait la conclusion de son essai (« La cécité aux inégalités sociales condamne et autorise à expliquer toutes les inégalités, particulièrement en matière de réussite scolaire, comme inégalités naturelles, inégalités de dons… »), je faisais la connaissance de mes nouveaux camarades de promotion de Polytechnique sur la montagne Sainte Geneviève, et j’observais les liens qui les unissaient par leur lycée de préparation (Louis le Grand, Ginette…), leurs affinités religieuses (les « talas », les israélites…), culturelles (binets musique, théâtre…), sportives (escrime, tennis…).

En juin, j’avais découvert Paris (venant du lycée Pierre de Fermat à Toulouse) pour passer les oraux des écoles Normale Supérieure (Ulm), Mines, Centrale, Polytechnique, et j’avais à peine été étonné par un examinateur qui justifiait la diminution d’un point de ma note d’épreuve mathématique à l’oral de l’X parce que je prononçais « epsilon » et « moins » avec un fort accent du sud-ouest !

Il est vrai que, né dans une famille très pauvre de paysans de la montagne Noire (entre Brassac et Lacaune), ma langue maternelle était l’occitan local, et j’ai appris le Français à l’école de mon hameau où de jeunes instituteurs débutants venaient enseigner à une quinzaine d’élèves de tous âges, se déclaraient malades dès la première neige de l’hiver tombée, remplacés quelques semaines plus tard par d’autres débutants tout aussi peu motivés pour l’accompagnement pédagogique de ces jeunes paysans…Ma chance est d’avoir eu comme premier instituteur un adepte de la méthode Freinet.

Si j’ai eu ma deuxième chance d’être proposé par l’un d’eux pour concourir à l’examen d’entrée en sixième du collège Jean Jaurès de Castres, c’est parce qu’une sœur aînée particulièrement douée avait été quatre ans plus tôt victime d’un oubli d’inscription à cet examen : reçue ensuite première du canton au certificat d’études primaires, elle n’a jamais pu réduire plus tard cet handicap d’un train d’études et diplômes raté.

Je pourrais volontiers – mais ce n’est pas l’objet du présent propos – illustrer par mes souvenirs d’interne collégien puis lycéen les raisonnements sophistiqués de Pierre Bourdieu précité: je me contenterai d’évoquer un fort mauvais départ (5/20 de moyenne en mathématiques en classe de sixième) et l’insistance déterminante de mon professeur de mathématiques en classe terminale (lui-même fils de mineur de Carmaux et cachant ses convictions communistes) pour m’orienter vers les classes préparatoires aux grandes écoles d’ingénieurs dont mes parents ignoraient l’existence.

En 1964-1966, alors que les idées (confortées par des statistiques incontestées) de Pierre Bourdieu nourrissaient des polémiques dans les dîners parisiens, et que mes camarades de « Neuilly, Auteuil, Passy » (avec qui j’ai parfois conservé des liens amicaux) s’en faisaient l’écho, je leur disais : « Souriez : je suis votre alibi, parmi les 3% d’admis fils de pauvres, qui permet à vos parents d’affirmer que le recrutement de l’école Polytechnique est démocratique ! ».

Fontainebleau, septembre 2004 : notre quatrième de nos six enfants, Guillaume, est admis à l’école Polytechnique, après l’aîné Laurent (1988), le deuxième Alexandre (1992), et alors que le troisième Géraud y a été « grand admissible » en 1994 (et a intégré l’ENSTA), et que la cinquième Constance vient d’intégrer l’ESSEC.

Ainsi donc je montre pour la seconde fois la justesse des mécanismes d’héritage culturel et des choix tactiques d’éducation révélés par Pierre Bourdieu : alors que huit déménagements géographiques ont jalonné ma vie professionnelle en France, et bien que je n’ai jamais donné un coup de pouce pour des leçons ou exercices à mes enfants, il m’a suffi de les scolariser dans l’école (publique ou privée) la plus proche de notre domicile, puis de leur choisir l’Allemand en première langue du collège, et enfin de les proposer en terminale dans un lycée parisien doté de classes préparatoires aux grandes écoles, à dix minutes de la résidence de mes beaux parents.

Ils ont suivi un parcours scolaire équilibré avec l’attention constante de mon épouse qui avait obtenu une maîtrise de droit au moment de la naissance de notre second fils à Lille, puis a été empêchée d’engager une carrière professionnelle à cause de mes mutations successives.

Et pendant ces 40 ans écoulés, le taux d’enfants de pauvres admis s’est dégradé !

La seguida, aquí

Posté par faidit à 12:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2008

Lo corredor de la vergonha

Los eslhèves del licèu Bellevue d'Albi protèstan contra la supression d'opcions : lo long d'un corredor sens fin de lor licèu, arcuelhon a lor biais un inspector pedagogic e lo cap d'establiment. Scèna incredibla !


Posté par faidit à 18:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mars 2008

Pierre Bourdieu e l'occitan

De veire sul site de l'artista André Minvielle, una intervista fòrça interessanta de André Benedetto a prepaus de Pierre Bourdieu que declarava dins lo film de Pierre Carles, La sociologie est un sport de combat, que l’accent occitan lo fasiá òrre. Vesèm qu’aquel sociològue eminent e occitan, pairin de la primièra Calandreta, se poguèt pas jamai desliurar d’una vielha vergonha e que demorèt la victima, lucida, de la violéncia simbolica que foguèt lo primièr a denonciar.


Posté par faidit à 12:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]